Les coefficients de marée atteindront leur plus haut niveau du mois aujourd’hui, jusqu’à samedi.

Posté par le fév 5, 2013 dans Revue de presse | Pas de commentaires

Ouest-France – septembre 2011

Quatre jours de grandes marées: un bonheur pour les pêcheurs à pied, novices ou coutumiers de l'exercice !

Avant de se lancer dans la pêche à pied, quelques précautions s’imposent

Coefficients

Le coefficient de marée atteint son plus haut niveau du mois (111) aujourd’hui et demain, avec une mer basse à 15h52 et à 16h39. Vendredi le coefficient redescend légèrement à 105, avec une marée basse à 17h21. Samedi, il sera encore de 93, avec une basse mer à 18h. Pour pouvoir en profiter pour la pêche, il faut descendre environ 1h30 avant la marée basse et remonter avec la marée. En cas de brume subite, il faut toute fois remonter immédiatement ( se munir d’une boussole ou d’un GPS avant le départ).

Spots

Le pays de Saint-Malo regorge d’espèces marines. Mais à chaque lieu son espèce plus spécifique: les crabes et les étrilles sur les côtes rocheuses ; les coquillages dans la vase (à Saint-Malo et dans la baie du Mont-Saint-Michel) ; les crevettes, en bouquets, sur la plage ; d’éventuels homards perdus sur la côte rocheuse ; les coquilles Saint -Jacques dans la Rance. Certaines de ces espèces peuvent toutefois être interdite à la pêche temporairement. Pour le savoir, se référé quotidiennement aux affichages locaux sur chaque plage.

Législation

Outre les interdictions ponctuelles, il existe une législation sur la limitation de la pêche, que ce soit au niveau de la quantité ou de la taille des coquillages et crustacés péchés. Pour la connaitre, il suffit de se renseigner auprès des associations locales ou à l’office du tourisme, qui distribuent de la documentation. L’association Sensations littoral qui initie le public à l’environnement marin, à prévu de distribuer un millier de dépliants sur la plage dans les jours à venir.

Marée haute

Les forts coefficients de marée n’intéresse pas que les pêcheurs à pied. Certains attendent la marée qui remonte pour pêcher le bar à la ligne, par exemple.

D’autres en profitent également pour nager dans une eau qui a eu le temps de chauffer. « Mais il ne faut pas se baigner s’il n’y a plus de plage, prévient Yann Perraud, animateur de l’association Sensations littoral. Il faut aussi garder une distance de sécurité en se promenant à pied, en cas de grosses vagues. »

Après la pêche

Il est conseiller de laver sa pêche à l’eau de mer. Pour la conserver au frais, une poignée d’algues fraiches prélevées sur l’estran peut faire l’affaire en attendant de rejoindre le frigo. En revanche, il faut éviter les seaux et les sacs en plastique pour stoker sa pêche et leur préférer les paniers en osier. Les coquillages doivent être consommés dans les vingt-quatre heures.

 

Stephanie BAZYLAK