Charlotte, petite dernière de Sensations littoral

Posté par le fév 5, 2013 dans Revue de presse | Pas de commentaires

Ouest France – 29 mai 2012

Qui n’a jamais rêvé de monter à bord d’un vieux gréement ? Ce rêve, certains vont pouvoir l’exhausser, grâce à Sensations littoral qui élargit son activité avec l’achat de Charlotte.

Depuis cinq ans, Sensations littoral s'évertue à faire découvrir la richesse du patrimoine côtier de Saint-Malo. Avec la "Charlotte", leur capacité d'accueil va doubler.

Reportage

L’association Sensations littoral, trop à l’étroit dans son Narval, a fait l’acquisition d’un nouveau bateau. Charlotte. Un petit bijou qui va permettre à l’association d’embarquer plus de visiteurs à la découverte du littoral malouin.

Vendredi, les membres de l’association ont baptisé le petit dernier. Vêtus d’un polo bleu, « les amants de Charlotte » arrivent au compte-gouttes sur la plage Solidor. Les quatre acolytes, fondateurs de l’association, sont entourés de leur amis.Quatre-vingts personnes se sont réunies le temps d’un verre pour témoigner de leur fidélité.

A 18h, ils se dirigent tous vers la plage dans une longue procession menée par un accordéoniste. Commence alors le baptême de la vaquelotte de Barfleur. Un baptême au cidre, comme il se doit. Petits et grands sont impressionnés par le travail réalisé en si peu de temps.

Respect de la tradition

Construite en une année par les élèves du chantier école les Ateliers de l’Enfer de Douarnenez, Charlotte ressemble à un modèle original naviguant dans les années 1920. Ses trois tonnes n’enlèvent rien à son élégance. Sa coque enduite d’un noir profond et ses voiles rouges lui donnent de l’allure.

Sa navigation sera assistée par un moteur hors-bord dans un premier temps. Mais Yann Perraud, responsable des activités de Sensations littoral, insiste: « ce n’est qu’une solution temporaire, un inbord est prévu, plus tard ».

Dans la foule, un personnage s’émerveille devant l’embarcation. Yves Marie Le Martret, ancien second sur la Cancalaise salue cette initiative de jeunes malouins :  » Les vieux gréements y’en a plus tant que cela ! Moi je me rappelle Brest 92 l’édition de la renaissance de bateaux disparus avec la construction de vieux gréements comme la Belle Angèle. »

7000 personnes

Yann Perraud évoque la « maturité » de l’association, qui lui permet aujourd’hui d’avoir un bateau bien à elle. L’an dernier, avec ses diverses activités de découverte du milieu maritime et d’écotourisme, Sensations littoral a touché 7000 personnes. Depuis peu, ils ont obtenu un emplacement au port des Bas-Sablons.

 

Locky MOKBEL